[[ PDF ]] ✅ L'Innocence des bourreaux Auteur Barbara ABEL – Songs--pk.info

L'Innocence des bourreaux Joachim Fallet Jo Grelotte Insupportable Sensation De Froid, Extr Me, Virulent, Douloureux Comme Si Ses Os Avaient S Journ Plusieurs Heures Dans Un R Frig Rateur Un Squelette De Glace Une Carcasse Congel E A Cela S Ajoutent Les Crampes Abdominales, Insoutenables Un Tau D Acier Qui Comprime Ses Tripes Et Les Tord Dans Tous Les Sens, Le For Ant Se Plier En Deux Pour En Att Nuer La Violence Pi Tre Rem De, Soulagement D Risoire D J Compl Tement Recroquevill Sur Lui M Me, Jo Cherche Se Ratatiner Un Peu Plus, Peut Tre Pour Dispara Tre Totalement Et Emporter L Infecte Souffrance Qui T Tanise Ses Muscles Et Ses Visc Res Boyaux Momifi S Par Le Poison, L Image D Une Pompe Qui Aspire Tout Ce Qui Bouge, Tout Ce Qui Vit, Jusqu Au Sang Dont Le Flux Semble S Tre Fig Dans Ses Veines Moribond, Froid, Sec, Si Ce N Est Cette Sueur Glac E Qui Le Recouvre De La T Te Aux Pieds, Telle Une Membrane La Fois Collante Et Visqueuse Qui Suinte Le Tr Pas Naus Es Convulsions Spasmes Et Puis L Esprit, Fig Sur Une Id E, Une Image Unique, Pressante, Obsessionnelle Un Fixe De Toute Urgence, Sous Peine De Mort Jo Se Contracte, Ructe Une Plainte Sordide, Crache Son Tourment En Sanglots Acides, Tente Un Mouvement, Un Geste, Un Battement De Cils Abandonne Le Combat Pas M Me Engag Attendre Que La Crise Passe, Comme Passent Les Heures Abjectes D Une Vie Qui Se Consume En Volutes Naus Abondes Alors Jo Replonge Dans Ce N Ant Qui Lui Sert D Sormais D Asile Lorsqu Il Ouvre Nouveau Les Yeux, La Lumi Re Lui Fait L Effet D Une Injection En Pleine R Tine A Explose Dans Son Cr Ne, Comme Un Caveau Profan Au Lance Flammes Ses Paupi Res Retombent Aussit T, Et Avec Elles L Effroi Du Supplice L Me T Tons, Jo Sonde Ses Sensations Les Douleurs Musculaires Se Sont Apais Es, Tout Comme Les Crampes Abdominales, La Sensation De Froid Et Les Naus Es Mais Il Ne S Y Trompe Pas S Il Ne Trouve Pas Tr S Vite De L H Ro, La Crise Reviendra, Plus Agressive, Plus Corrosive Il Doit Se Lever, Il N A Pas Le Choix, Pas Le Temps, Il Lui Faut Un Fixe De Quoi Parer Au Plus Press , Reprendre Possession De Son Corps, Connecter La Machine Avec L Ordinateur Central Jo Rassemble Ses Forces Et Parvient S Asseoir Sur Son Lit D Glutit Des Clats De Papier De Verre Qui Lui D Capent La Trach E Jusqu Au Fond De L Estomac Il A Soif Porte Un Regard Circulaire Sur La Pi Ce, La Recherche D Une Bouteille D Eau, Un Verre, Un Liquide Quelconque Vise L Vier Et, Au Centre, Le Robinet Puis Par La Crise Et Par Le Manque, Il Lui Faut Plusieurs Minutes Avant D Arriver Se Lever Lorsqu Il Y Parvient, Il Fait Quelques Pas Vacillants, Pi Tine Ce Qui Tra Ne Sur Sa Trajectoire, V Tements Sales, Papiers Et Journaux Divers, Vaisselle Macul E De Restes De Nourriture, D Chets, Cannettes De Bi Re Vides Ou Renvers Es Sur Le Plancher, Seringues Usag Es Il Titube, S Arr Te, Recouvre Son Quilibre, Passe Une Langue R Peuse Sur Ses L Vres S Ches, Atteint Enfin L Vier Et Se Penche Pour Tancher Sa Soif Ce Texte Fait R F Rence L Dition BrochDans Une Sup Rette De Quartier, Quelques Clients Font Leurs Courses, Un Jour Comme Tant D Autres Parmi Eux Une Jeune M Re Qui A Laiss Son Fils De Ans Seul La Maison Devant Un Dessin Anim , Un Couple Adult Re, Une Vieille Dame Et Son Aide Familiale, Un Caissier Qui Attend De Savoir S Il Va Tre Papa, Une M Re En Conflit Avec Son Adolescent Des Gens Normaux, Sans Histoire, Ou Presque Et Puis Un Junkie Qui, En Manque, Pousse La Porte Du Magasin, Arm Et Cagoul Pour Voler Quelques Dizaines D Euros Mais Quand Le Braquage Tourne Mal, La Vie De Ces Hommes Et Femmes Sans Histoire Bascule Dans L Horreur D S Lors, Entre Victimes Et Bourreaux, La Fronti Re Devient Mince Si Mince On P N Tre Dans Un Huis Clos, Mais On Traverse Un Roman Choral Sur Les Tourments Qui Rongent Les Existences Ordinaires De Ces Personnages Le Point Une Tension Psychologique Qui Grimpe Jusqu Son Paroxysme, C Est Notre Quotidien Qui Devient Gla Ant LiRE

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *